Intelligence artificielle (IA)

Les meilleurs outils en intelligence artificielle

Qu’appelle-t-on un outil d’Intelligence Artificielle (IA) ?

On ne peut que le constater, l’Intelligence Artificielle (IA) fait la une des journaux. Et actuellement, en février 2024, il y a bon nombre d’outils qui utilisent l’Intelligence Artificielle pour créer du texte, des images, des vidéos, etc.

ChatGPT, le chatbot gratuit développé par OpenAI, s’est arrogé plus de 60 % de la part du trafic des outils IA entre septembre 2022 et août 2023, en accumulant un total de 14 milliards de visites. Mais quels sont les autres outils en ligne, et comment se situent-ils ?

>> Les dix meilleurs outils de l’intelligence artificielle

Qu’est-ce que l’intelligence artificielle ?

Mais au fait ? Comment fonctionne l’Intelligence Artificielle ? Est-elle un super calculateur mondial, ou se rapproche-t-elle de notre façon de penser, à nous, êtres humains ?

Et qui mieux que Luc Julia, l’un des concepteur de l’assistant vocal Siri, pour en parler ?…

“Dit Siri, explique-moi ce qu’est l’Intelligence Artificielle…”

Qu’est-ce que l’intelligence humaine ?

Avant de spéculer sur l’intelligence artificielle, il serait judicieux de bien définir l’intelligence “naturelle”, c’est à dire l’intelligence humaine.

Il ne faut jamais oublier que l’intelligence est la faculté d’interagir avec son milieu environnant. Toutes les atteintes neuronales, chez un individu, le prouvent. Que cela soit à la suite d’un AVC (Accident Vasculaire Cérébral) ou d’un traumatisme entraînant une lésion sur la moelle épinière, les conséquences peuvent être plus ou moins importantes concernant l’interaction avec son environnement : par exemple, un AVC entraînant une perte de la parole et de l’écriture, va automatiquement renfermer dans une bulle le patient qui a ces symptômes. Autre exemple : un enfant qui naît avec un ou deux sens en moins (la vue, l’ouïe), va avoir un handicap non négligeable par rapport à un apprentissage standard. Et donc son développement dans son environnement.

À propos d’environnement, “demandez à un poisson de monter à un arbre. Il sera considéré comme un cancre.” C’était globalement le sens d’une citation d’Albert Einstein, qui sans l’expliciter, parlait déjà des intelligences multiples.

C’est l’américain Gardner qui a défini neuf types d’intelligences. Ces intelligences multiples sont expliquées dans cet exposé ci-dessous. Vous comprendrez qu’il vaut mieux avoir du génie que du talent
Mon chien à un talent certain pour la course. Malheureusement, quand je lui demande de nager plus vite que moi, c’est une autre histoire. Le génie a besoin de la polyvalence pour s’exprimer. Pas le talent.

Vous conviendrez alors, ne serait-ce que par l’observation, qu’une amibe a plus de génie (ou est plus intelligente) qu’une IA. Car l’amibe va chercher à fuir un milieu trop acide ou trop chaud, alors que si vous mettez le feu à un serveur, il y a peu de chance qu’il parte en courant… Ce dernier n’a qu’un seul talent : calculer.

Où commence l’intelligence ?

Concernant la capacité d’interagir avec l’environnement, il faut également compter sur le versant hormonal, qui est un “reliquat” de l’évolution du vivant. Car plus on descend dans l’échelle de la complexité du vivant, moins le tissu neuronal est présent, au profit du système hormonal. L’évolution du cortex cérébral chez l’être humain a un contrôle très important sur notre soma, notre corps. Mais il travaille avec notre système hormonal et la myriade de bio-feedbacks, c’est à dire l’ensemble des rétro-régulations très complexes de ce système, parallèle au système nerveux. Deux systèmes qui ne sont pas cloisonnés, car ils travaillent de concert.

Dans la réalité, il est possible d’observer des comportements différents, face à une même situation, selon les individus, en fonction du taux de certaines hormones. Ces variables peuvent être naturelles ou liées à des dérèglements. Mais elles inter-agissent sur notre perception de l’environnement, nos réflexions, et nos prises de décisions. On peut même mesurer la part physiologique de ces cocktails hormonaux sur nos sentiments. Il n’y a qu’à voir les variations de comportements, en fonction du taux de testostérone, de thyroxine, de sérotonine, d’adrénaline, voire du système hormonal qui régule la tension artérielle…

Bien sûr, il ne s’agit pas de réflexion (corticale), mais d’un système phylogénétiquement ancien qui agit sur notre interaction avec l’environnement. Alors ? Où commence l’intelligence ? Car si une amibe peut fuir un milieu trop acide, ou trop chaud, pour préserver son intégrité, que dire d’un super calculateur qui ne fuit pas un feu dans le bâtiment où il se trouve ? Qui est le plus intelligent des deux ?

Les sentiments.

Ces cocktails hormonaux vont induire un état d’esprit particulier, comme la joie, la tristesse, la colère.
On le sait par la notion de QE (Quotient Émotionnel, opposé au QI, étudié par les chercheurs, Salovey et Mayer) que la réussite d’un projet dépend aussi des émotions, c’est à dire, dans ce cas précis, la volonté.
Comment aurait agit Christophe Colomb devant sa première mutinerie, sans la volonté qui le poussait dans la réussite de son projet ?… Et cette volonté est mue par l’émotion.

Pourtant, on dit qu’il ne faut pas agir sous le coup de l’émotion. Mais cette formulation n’est valable que quand les actions sont issues d’une poussée d’émotions à 100%. Le but étant de faire revenir la raison dans ce chaos de sentiments. Cependant, au final, ce sont bien les émotions qui sont le moteur de nos actions. Les grandes réalisations humaines ne se sont faites que parce qu’elles étaient poussées par la curiosité de découvrir, la joie de conquérir, le bonheur de convaincre.

Une intelligence artificielle, qui n’est faite que de raisonnement, peut-elle ressentir de la tristesse lors de la perte d’un être cher ?…

Comparaison entre l’IA et l’intelligence humaine :

Revenons, plus en détail, sur une mise en parallèle de ce qu’est l’IA, et de ce qu’est l’intelligence humaine.
“L’intelligence artificielle n’existe pas”, par Luc Julia :

Et que dire de l’intuition ?…

L’intuition est un raccourci du raisonnement : elle est la conséquence d’analyses en taches de fond qui apportent un résultat instantané, à priori, sans raisonnement cortical. Ou devrait-on dire, sans raisonnement conscient ?…

Bon nombre de découvertes majeures de l’histoire de l’humanité sont issues d’erreurs ou d’intuitions :
Christophe Colomb a découvert l’Amérique par “erreur” sur une intuition : la terre est ronde, et il cherchait une route maritime d’Est en Ouest, afin de rejoindre le continent asiatique. Sa découverte fut celle de ce nouveau continent, l’Amérique, du nom de son découvreur.
Mais fallait-il encore prouver que la Terre était ronde. Trente ans plus tard, Magellan/Elcano l’ont effectivement prouvé grâce à un tour du monde.

Alors ? L’Intelligence Artificielle peut-elle être douée d’intuition ?…

Pourquoi l’IA ne peut pas rivaliser ?

Cocktails hormonaux, sentiments, passion, folie… Voilà, nous y sommes : si nous étions des êtres uniquement de raison, alors oui, l’IA pourrait rivaliser avec nous. Mais nous ne le sommes pas. Nous ne sommes pas fait que de raison. Nous avons aussi la folie, dont la frontière avec le génie est ténue. D’ailleurs, nos différents arts (peinture, sculpture, musique, écriture, etc.) laissent jaillir des monuments gravés dans l’histoire, qui sont pour la plupart issus de la folie des hommes. Le génie est la part noble de la création.

« Celui qui travaille avec ses mains est un ouvrier, celui qui travaille avec ses mains et sa tête est un artisan, celui qui travaille avec ses mains, sa tête et son cœur est un artiste. »
( Saint François d’Assise )

Dans cette citation, à quel niveau se trouve l’Intelligence Artificielle ?
Voici un élément de réponse avec cette interrogation :

Comment une IA, qui ne ressent pas les sentiments (la passion ou la folie) peut-elle créer une histoire (un roman, une pièce de théâtre, un film) dont le but est de générer des sentiments chez le public ?

Un outil nouveau dont il ne faut pas avoir peur :

L’IA est, pour l’instant, car il faut rester prudent, un ouvrier dont le talent pour calculer est immense. Ceci abouti à des “créations” de textes de musiques, de voix synthétiques et d’images ultra rapides. Des images 3D peuvent ainsi être réalisées sur commande en quelques secondes, quand un graphiste 3D va mettre plusieurs heures.
Faut-il en avoir peur ?

Non, bien au contraire ! Car ce n’est qu’un outil. Et comme chaque nouvel outil, autant être le premier à l’utiliser afin d’avoir une avance sur nos concurrents… L’IA est donc un outil de plus dans le développement économique.

Le 31 janvier 2024, une conférence sur l’intelligence artificielle a eu lieu à l’école d’ingénieurs de Castres (ISIS).

Gilles Babinet nous avait déroulé un exposé situé au dessus de la mêlée, dans lequel il expliquait le futur avec le passé et le présent, sur le développement économique grâce à ce nouvel outil : l’intelligence artificielle.

“Il faut que l’IA soit délocalisée, et pas uniquement à Palo Alto…”

Car il y a un paradoxe : les GAFAM ont plus de données sur nous que l’administration française…

“Les ingénieurs et entrepreneurs français doivent retrouver à nouveau la faculté de rêver.”

Les défis économiques ne se résolvent pas seulement grâce à la raison, mais également grâce à l’audace et à la prise de risque. C’est à dire, en pariant sur l’avenir. Il faut oublier notre carcan social et historique. C’est ce qu’on fait les américains en créant leur pays comme ils le souhaitaient, car leur histoire commençait à zéro. En Europe, notre histoire millénaire exerce encore un poids non négligeable sur nos mentalités.

L’IA ne fonctionne que par le partage d’informations. C’est la valeur ajoutée de l’IA. Le problème est que les mentalités sont encore dans la rétention d’informations, car retenir de l’information est encore considéré comme retenir le “pouvoir”.
(Yann FERGUSON, Docteur en sociologie)

Finalement, les peurs vis-à-vis de l’IA, sont les mêmes peurs qu’il y avait à l’époque où internet est arrivé.

Source : conférence sur l’IA.

 

Impossible de clore cet article sans diffuser un extrait de cette œuvre de 1967 : 2001, Odyssée de l’espace. La découverte de l’outil (par intuition…) :

Et que faire avec cet outil ?
Évoluer…

Jusqu’à l’Intelligence Artificielle :

Dans le film, elle est présentée comme plus humaine que les humains. Cependant, son but étant le succès de la mission, elle élimine les humains qui représentent une source de hasard, incompatible avec son objectif.
Mais un monde régi que par la raison, sera-t-il aussi créatif que notre histoire ?… En d’autres termes, un monde régi uniquement par l’IA, aurait-il entrepris un voyage vers Jupiter par curiosité ?…

 

POUR PLUS D’INFORMATIONS
OU UNE DEMANDE SUR MESURE :

CONTACTEZ-NOUS
CONTACTEZ-NOUS…