Close
Refonte site web

Comment créer un site web à partir de deux serveurs, Mac et Linux…

Recherche et Développement sur une refonte de site internet.

 

Un seul site, mais deux serveurs… Sous Linux et Mac OS.

Logiciel FilemakerBeaucoup plus qu’une simple refonte, c’est aussi la publication des fiches produits conçues avec le logiciel Filemaker (Apple), et stockées sur un autre serveur, qui lui est sous Mac OS bien sûr.

Il y a donc deux serveurs différents et distants : celui du site web vitrine, sous Linux dans un datacenter, et celui sous Mac OS, au sein de l’entreprise. Sur le serveur Linux, est mis en place le logiciel de gestion web WORDPRESS qui remplace la mouture précédente du site vitrine de la société. Quelques pages institutionnelles sont éditées directement à partir de WordPress. D’autres pages du site web, doivent afficher une centaine de fiches produits, mais qui elles sont conçues sur le serveur de l’entreprise qui se trouve dans les locaux de cette dernière, et sur un système d’exploitation Mac OS.

Le logiciel WordPress

 

Parallèlement à la mise en place du logiciel WordPress, ses modules complémentaires et leur paramétrage, ainsi que le graphisme, une période de « Recherche & Développement » fut nécessaire pour optimiser la façon d’afficher les fiches produits, conçues et éditées sur le serveur de l’entreprise, distant du serveur web.

Pour résumer, les fiches produits éditées sous Filemaker sur un serveur Mac OS dans les locaux de l’entreprise, doivent apparaître sur le site web sur un serveur Linux distant dans un datacenter, et ce à chaque réactualisation d’une fiche produit.

 

Technique :

Le PHP : la solution naturelle, à priori…

Faire dialoguer deux bases de données au sein d’un même centre d’hébergement de données (datacenter) ne comporte pas les mêmes risques d’intrusion que ce même dialogue entre ces deux bases situées cette fois-ci dans deux datacenters distants. Dans ce dernier cas, le dialogue passe par le réseau internet, qui par définition, est hétérogène.

Des requêtes entre bases de données transitant par le réseau internet, c’est pas très sécurisé. Le risque pour qu’un pirate entre dans la base est réel, et c’est comme s’il entrait dans une citadelle ouverte :

Lorsqu’il s’agit de faire communiquer deux serveurs qui se trouvent au sein d’un data-center, en général on les met côte à côte en les reliant par une fibre optique. Les infos ne passent pas par le web, mais par la fibre optique de serveur à serveur.
Quand une base de données doit recevoir des données d’une autre base située sur une autre machine, il faut « ouvrir » la base sur l’extérieur de sa machine. Déjà là, on perd en sécurité.
Quand il s’agit de deux machines au sein du même data-center, il y a les pare-feux de ce dernier qui en général sont au niveau le plus élevé selon le type d’accréditation de l’établissement. Rien à voir avec les pare-feux de postes clients, créant ainsi une bulle de sécurité autour des machines qui dialoguent entre-elles.
Dans notre cas, les deux serveurs sont distant, l’un dans un data-center, l’autre au sein d’une entreprise. Les deux seront reliés par l’intermédiaire du réseau internet.

IL FAUT DONC :
– Au niveau de la base de données MySQL du serveur web, un mot de passe robuste avec au moins 15 caractères incluant un maximum de possibilités différentes (maj/min, chiffres, symboles,ponctuations),
Une adresse IP Fixe pour chaque serveur, ce qui devrait être le cas au niveau du data-center, mais peut-être pas au niveau de l’entreprise.

L’avantage d’une adresse IP fixe : la continuité de certains services à distance (sauvegardes récurrentes sur un poste distant, chez le gérant de l’entreprise par exemple).
L’inconvénient : un pirate (personne physique ou robot) aura tout le temps de tester différents types d’intrusions, puisque l’adresse IP sera toujours la même (il saura toujours où revenir…).
Exemple chez une société qui s’est fait pirater son serveur, qui fut utilisé comme serveur de spam relais. Résultat, le fournisseur d’accès internet (FAI) national a inactivé le service SMTP du client. Plus aucune possibilité d’émissions de courriels à partir du compte de l’entreprise, le temps de dévéroler le serveur et de redemander au FAI de restaurer le service.

Pour résumer, tous les spécialistes réseaux, déconseillent la voie du PHP.

Pour des raisons de sécurité, le choix de la connexion directe entre les bases de données des deux serveurs distants, fut écarté.

 

Le XML : la sécurité entre serveurs distants.

En revanche, la voie « XML » est beaucoup plus sécurisée, puisqu’on n’ouvre pas les bases de données, étant donné qu’on utilise un autre langage intermédiaire.
De plus, dans le listing des modules WordPress téléchargeables, on trouve plus de 600 plugins liés à la gestion de données XML.
Par ailleurs, il est possible de créer de toutes pièces, un script PHP qui gère les données XML entrantes pour les disposer en pages dans WordPress. C’est l’opération qui consiste à « parser » du XML.

Cependant, une fois le code XML édité par Filemaker, on s’aperçoit que sa structure est plus complexe que le code XML qu’une page standard de WordPress peut réceptionner. Concrètement, c’est réalisable, mais une bonne tactique devant un tel problème, est d’explorer l’éventualité que d’autres voies plus simples existent.
Rappelons que le cahier des charges stipule une réactualisation simple et quotidienne d’une centaine de fiches produits.

 

Le CSV et le HTML :

Des tests avec des exports en format .CSV ne furent pas plus concluants. Quant aux exports en HTML, ils sont faciles à intégrer dans une page WordPress, mais l’export depuis Filemaker est réalisé par défaut en paysage, ce qui génère un ascenseur horizontal dans la page WordPress, et rappellon-le, il faut automatiser les réactualisations des fiches produits qui se font sur le serveur Mac quotidiennement, donc une procédure la plus simple possible.

 

Le format PDF :

Finalement, l’export des fiches produits en format PDF dans un répertoire utilisé par WordPress, fut la solution la plus pratique à mettre en œuvre. Pratique pour l’administrateur, car un script génère quotidiennement les fiches en format PDF, et les archive dans un répertoire afin que WordPress vienne les récupérer et les afficher dans ses pages web.
Côté internaute, la présentation est parfaitement mise en page, car conforme au format A4 et adaptable aux pages du site web. De plus, il y a un lien pour télécharger le PDF si besoin.

Centre de formation SINCEO : Santé et sécurité au travail.

 


>>
Voir un exemple de fiche PDF intégré à une page WordPress

>> Voir le site SINCEO.COM

 

 

 

*FileMaker est un logiciel de bases de données, créé en 1998 à partir des vestiges de Claris. Il est édité par la société Apple.
FileMaker Server, utilisé conjointement FileMaker Pro ou FileMaker Go, permet de partager des bases de données. FileMaker Server permet également la publication Web avec PHP et XML.

 

 

>> VOIR LES PACKS DE SITE WEB GÉRÉS PAR WORDPRESS / JOOMLA…

Voir les Packs de site web gérés par le logiciel WordPress / Joomla

 

 

POUR PLUS D’INFORMATIONS
OU UNE DEMANDE SUR MESURE :

CONTACTEZ-NOUS
CONTACTEZ-NOUS…